Biographie

Martine Fourcand, née en 1959, est une artiste pluridisciplinaire, établie à Montréal. Peintre, poète, scénographe d’origine haïtienne et suisse, elle a passé son enfance en Haïti, avant de quitter son île natale pour le Canada en 1979. D’abord à l’Université d’Ottawa, puis à l’Université du Québec à Montréal, elle étudie la sociologie, la communication, particulièrement la sémiologie des productions culturelles, et s’intéresse au théâtre de tradition allemande. Très tôt, elle s’engage dans des luttes féministes et de défense des droits humains. Elle a, par ailleurs, collaboré avec plusieurs institutions internationales sur des projets sociaux et de développement.

Ses premières expositions se sont tenues à Montréal en 1982 (Galerie Maximum, La Cuisse de Velours, Lilith, Centre Culturel Hector Hyppolite). Elle expose plus tard en Haïti (Galerie Jean-René Jérôme, Musée Saint Pierre, Ateliers Zaka), puis en Chine et en Espagne (Casa de America de Madrid), sur invitation du bureau des Femmes du gouvernement de Madrid. Au cours des années, elle produira également de nombreuses affiches événementielles. cemment, elle présente deux expositions solos à Montréal, à l’Atelier Ilinca Ghibu (2015), et à galerie Erga (2016).  Elle participe également à une exposition collective chez Georges Laoun, dans le cadre du Mois de l’Histoire des Noirs en février 2017. Elle réalise l’illustration de la page de couverture du recueil de poèmes « Nudité et Fragments » de Kerline Devise paru aux Écrits des Forges en 2016, et une série de toiles liées au recueil, série intitulée « Secrets de laves ». The Adirondack Review a publié plusieurs de ses oeuvres, et sa toile « Un certain sourire » fait la couverture de son numéro de printemps 2017.

Au théâtre, elle co-anime en 1987 le théâtre de rue Action Femmes Québec Haïti. « La révolte du riz », performance produite par un collectif auquel elle participe a été présentée au festival annuel du Bread and Puppet Theater ( Vermont, USA ) en 1988. Elle contribue, la même année, à la production de « Soleils Noyés », du Théâtre Femmes des Amériques ( Montréal ). En 1997, elle conçoit la scénographie de « Ci-gît Je, premier amour  », adaptation théâtrale de  l’œuvre  de  Samuel Beckett « Premier  amour  », mise en scène par Sylvie Joco et interprétée par Marcel Casséus, dit Lobo (Institut Français d’Haïti, novembre 1997).

Ses poèmes  ontfaitl’objet  de  diverses  publications,  etontnotammentparu  dans l’anthologie « Terre de femmes, 150 ans de poésie féminine haïtienne » ( Éditions Bruno Doucey, Paris, 2010 ) ainsi que dans la revue Carnavalesques, « Voix des femmes des Amériques » ( Éditions Aspect, France, 2013 ). Parfois, écriture et peinture fusionnent, et le poème s’écrit dans l’espace même de la toile.